Portrait de Pierre-Christian Guiollard – Photographe des mines

Héritier de quatre générations de mineurs de charbon cévenols, Pierre-Christian Guiollard est passionné par la mine, les mineurs et la minéralogie. Ses premiers travaux photographiques ont débuté dans les années 1970, dans les mines du bassin minier des Cévennes près d’Alès (Gard). En 1983, il publie son premier livre sur les mines de la région, réalisé à partir de ses photographies, et de cartes postales anciennes.

Travaillant d’abord comme photographe indépendant, il a parallèlement proposé ses services aux entreprises minières afin de faire des reportages photos pour leur revue d’entreprise. Ses travaux l’ont progressivement mis en contact avec le milieu de la mine. Son intérêt, d’abord porté sur les mines de charbon, s’est élargi à d’autres domaines, notamment les mines d’or et les mines d’uranium françaises, sur lesquelles il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles pour les revues spécialisées (chaque mine d’or française s’est vue dédier un ouvrage (non pas toutes hélas)). Il a également écrit un guide pratique pour se lancer dans la recherche et la découverte de l’or en France.

Mais la France n’est pas son seul terrain d’exploration, puisqu’il s’intéresse notamment à la Belgique, à l’Allemagne, à la Pologne, et à la Tchécoslovaquie, au Canada… Aujourd’hui, il cumule une très large importante documentation photographique sur le domaine, en France et à l’étranger. Sa notoriété lui a permis de se voir confier la réalisation d’ouvrages mémoriels pour diverses entreprise (les Houillères du Bassin, de Lorraine, la société des mines d’antimoine de la Lucette en Mayenne, la mine d’or du Bourneix dans le Limousin, la mine d’or de Rouez dans la Sarthe etc.). Finalement embauché par l’un de ses clients, il devient responsable du service documentation archives du groupe Areva (énergie nucléaire et renouvelables). L’entreprise détient le plus gros centre d’archivage privé sur le domaine minier et de géologie sur l’uranium dans le monde entier.

En 2009, il soutient une thèse d’histoire économique sur l’industrie minière du tungstène et de l’antimoine, à Mulhouse. Cumulant aujourd’hui la publication de vingt-quatre ouvrages sur les mineurs, la mine, et les minéraux, il a créé un site internet pour parler de sa passion. Tous ses ouvrages sont publiés par sa propre maison d’édition – PCG Editeur – et sont recensés sur le site : http://www.guiollard.com


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Juliette Le Marquer (27 septembre 2021). Portrait de Pierre-Christian Guiollard – Photographe des mines. MémoMines. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rd1y


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search