Objectifs du projet

     Contexte

Le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais a été exploité pendant près de 300 ans, entre 1720 et le 21 décembre 1990, date de la remontée de la dernière gaillette. En Lorraine, à Creutzwald (Moselle), la dernière mine ferme le 23 avril 2004. En Allemagne, la dernière mine de charbon, basée dans la Ruhr, a fermé en décembre 2018.

Alors que les années 1990 sont marquées par un désintérêt voire par la volonté d’effacer les traces du passé, les années 2000 se caractérisent par une prise de conscience progressive de sauvegarder la patrimoine industriel qui aboutit en 2012 à l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO de 353 éléments sur 109 sites.

 

     Le projet Mémo-Mines

La problématique générale du projet Mémo-Mines porte sur la conservation de faits ou d’événements constituant un patrimoine culturel souvent proches de la disparition (endangered cultural heritage) : elle traite en particulier de la sauvegarde des mémoires individuelles par leur conversion en traces mémorielles, de leur mise à disposition sous forme de corpus d’archives numériques accessibles à tous, de leur remédiatisation pour des usages sociaux circonscrits, et de leur mise en scène/installation (trans-médiatique) dans le cadre de lieux de mémoire dédiés.

Le projet Mémo-Mines comprend la recherche fondamentale, la conception et la réalisation de dispositifs innovants et leur évaluation en situation d’usage. L’ensemble de la problématique, traitée et analysée dans une perspective interdisciplinaire (sciences de l’information et de la communication, sciences du langage, muséologie, informatique), est appliquée dans le cadre spécifique de la mémoire de la mine.

 

Le projet Mémo-Mines se propose les 5 défis suivants :

1. la constitution/production de la mémoire minière sous forme 1) d’un choix raisonné de traces mémorielles à numériser ; 2) de la captation d’entretiens préalablement scénarisés avec d’anciens professionnels de la mine (mineurs, ingénieurs, géomètres, techniciens, personnels de santé…) ; 3) de la restitution du cadre de vie social, de travail et personnel de ces acteurs ;
2. l’explicitation de l’univers de connaissance de la mine, la définition et l’élaboration d’un métalangage (d’une terminologie, d’un thésaurus et d’une ontologie décrivant le domaine de connaissance lié à la mine) pour analyser, décrire et indexer les traces mémorielles préalablement captées, pour ensuite les publier et les diffuser en ligne et, enfin, pour assurer leur pérennité ;
3. la réalisation des archives audiovisuelles de la mémoire minière sous forme d’un portail web dont les accès au fonds préalablement collecté et analysé tiennent compte de l’univers de connaissance spécifique au monde de vie des mineurs ;
4. la conception et la mise en place de dispositifs techniques innovateurs pour l’exploitation – la remédiatisation – des traces mémorielles numérisées et archivées sous forme de projets cross- ou transmédias à caractère notamment culturel, ludique et pédagogique, sur site en musée et en consultation numérique distante ;
5. la spécification et la mise en place d’une « plateforme de travail » intégrant les différents outils, procédures et méthodologies pour mener à bien la collecte et l’archivage des traces mémorielles de la mine, leur diffusion via un portail web et leur réutilisation/remédiatisation.